Depuis le 1er février, le nouveau poste de chargement de Sénalia à Grand-Couronne, au port de Rouen, est opérationnel. Trois portiques modernes (photo) peuvent translater sur le nouveau quai de 170 m de long, ce qui évite les mouvements de navire, pour une cadence de chargement maintenue à 3 000 t/h. « Pour les chargeurs, cela représente un gain de temps de 30 % », chiffre Gilles Kindelberger, DG de Sénalia, estimant 4 à 6 h de gagnées sur l'escale d'un Panamax. Parallèlement au creusement du chenal réalisé par le port de Rouen, l'approfondissement à 12 m de la fosse du quai de Grand-Couronne donne aux navires à fort tirant d'eau la possibilité de rester à flot même à marée basse.

En prévision du remplacement des portiques de chargement de Grand-Couronne, Sénalia avait bradé l'été dernier son coût de fobbing (mise à bord des bateaux), passant de 3,50 €/t en moyenne à 1,50 €/t. Cela a permis de réaliser 900 000 t d'export sur juillet-août, contre 600 000 t habituellement. Un rythme qui a par la suite marqué le pas, les volumes de céréales manutentionnés à fin décembre s'élevant à 1,8 Mt. Pour autant, Sénalia, « installation portuaire la plus performante d'Europe », croit toujours en son objectif de 4 Mt d'export pour la campagne 2018-2019, contre celui de 2,7 Mt réalisé en 2017-2018. « Nous avons un engin de guerre », rappelle Gilles Kindelberger, capable de charger jusqu'à 800 000 t par mois.

R. F.