Imprimer Envoyer par mail

Dossier Formation des équipes : l’effervescence

réservé aux abonnés

Formation des équipes : l’effervescence

Entre la loi de 2018 sur l’avenir professionnel, la digitalisation accrue et le chamboulement généré par la séparation du conseil et de la vente en phytos, la formation est entrée dans une nouvelle dynamique. Plus que jamais, elle se révèle un levier stratégique de développement des compétences des équipes terrain et des autres collaborateurs pour pouvoir accompagner de façon optimale leur entreprise et les agriculteurs dans leur réponse aux enjeux à relever.Par Hélène Laurandel

C’est bien en effet l’effervescence concernant la formation des équipes des coops et négoces, avec une dernière actualité sur le joli projet de NatUp de faire monter en compétences, en agronomie, ses 70 agents technico-économiques. Et ce, à l’aide d’un programme de plus de 150 heures qui aboutira à une certification d’agronome assortie du label Badge délivré par la Conférence des grandes...
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
Six attentes principales des coops et négoces

Dans l’étude pilotée par Ocapiat sur les impacts pressentis des évolutions en cours sur les métiers et compétences des coopératives et négoces agricoles, le cabinet Arnage consultants pointe six attentes principales de la part des entreprises en matière de formation de leurs collaborateurs :

• Des bibliothèques de compétences avec une approche modulaire. Avec la possibilité pour l’entreprise de gérer sa propre ingénierie de la formation via une université ou une école interne, ou via un partenariat avec une école ou un organisme de formation.

• Un mix distanciel et présentiel afin d’optimiser notamment le temps des TC (ci-dessous, session de formation des conseillers d’exploitation du groupe coopératif Euralis, lire p. 38).

• Un mix de différentes modalités : apprentissage, retours d’expérience, visites, mise en situation, réalisation de cas pratiques, réalisation d’un travail personnel, validation des acquis.

• Des formations en intra ou en interentreprises qui vont enrichir le partage d’expériences.

• Des formations dans la durée et récurrentes pour mieux ancrer les changements de posture.

• Des formations certifiantes afin de renforcer l’attractivité de l’entreprise.

« Savoir transmettre les approches nouvelles »
Benjamin Viguier, consultant formateur de Réseau Motival, S. BENSIZERARA © S. BENSIZERARA

Afin de réussir à transmettre des approches nouvelles, notamment en matière de portage des offres auprès des agriculteurs, quelques points clés sont à respecter :

• En premier lieu, il s’agit de décrire la nouvelle façon de faire. En écrivant les choses, on rassure les équipes sur des sujets qu’elles ne maîtrisent pas et on se donne les moyens de transmettre efficacement de nouveaux savoir-faire. Le talent ne se transmet pas, les méthodes si.

• Concernant l’apprentissage, des points de vigilance sont à avoir en tête, notamment pour une formation en distanciel. Cette modalité a pour intérêt de pouvoir apporter des connaissances en amont d’actions de formation en présentiel. Elle permet ainsi d’entrer plus rapidement dans les sujets. Cependant, afin d’en garder les bénéfices, il faut absolument revenir dessus et coupler le distanciel avec des séquences en salle et/ou sur le terrain, sinon 80 % des connaissances dispensées vont être oubliées au bout d’un mois, selon la courbe de l’oubli (NDLR : élaborée par le psychologue allemand Hermann Ebbinghaus en 1885). On peut d’ailleurs imaginer des petits jeux entre deux modules du parcours de formation pour réactiver la connaissance abordée en salle ou bien en e-learning.

• Autre point essentiel : l’accompagnement terrain en alternant les moments où le coach montre comment faire et ceux où il laisse le TC agir. C’est ce coaching qui va permettre de lever les freins psychologiques. Dans des périodes de changement, comme actuellement, si la formation en salle permet de faire faire des prises de conscience et de mettre à l’aise par des jeux de rôle, elle a ses limites, car les vraies barrières ne sont levées que sur le terrain. Cela demande d’ailleurs à nous, les coachs, une très forte immersion dans la connaissance du marché et des offres.

Imprimer Envoyer par mail