Après deux années favorables pour l’industrie des engrais minéraux, le contexte agricole actuel n’est plus propice à l’optimisme. L’azote est de son côté sous le feu des projecteurs après l’accident de Beyrouth, mais aussi les initiatives environnementales européenne (Green Deal) et française (convention citoyenne pour le climat). L’ambiance est meilleure dans les engrais organiques, portés par le bio, la HVE, l’économie circulaire en général, et dans le secteur convoité des biostimulants, qui innove à tour de bras.