Imprimer Envoyer par mail

Panzani sécurise son blé dur 100 % français

réservé aux abonnés

Panzani sécurise son blé dur 100 % français
Equipe Panzani. FLORENCE JACQUEMOUD

Depuis 2019, l’industriel transforme uniquement du blé dur français. Pour sécuriser ses approvisionnements, il met en place, avec un groupe de coopératives et de négoces sélectionnés, la démarche Blé responsable français (BRF).

Pastier et semoulier depuis 1950, Panzani achète chaque année un tiers du blé dur produit en France, soit environ 470 000 t, pour fabriquer des pâtes et de la semoule exclusivement françaises. 260 000 t sont utilisées pour les pâtes vendues sous marque Panzani.

L’industriel possède deux sites de transformation, l’un au nord de Paris, dans les Hauts-de-Seine, où il dispose d’un moulin à Gennevilliers, pour la trituration des graines, et d’une usine de pâtes sèches à Nanterre. Le second est dans les Bouches-du-Rhône. Deux moulins et une usine de pâtes sèches se trouvent à Marseille, tandis que la fabrication du couscous se fait à Vitrolles. « Pour approvisionner ces deux unités, nous jouons la proximité afin de réduire notre empreinte carbone, confie Albert Mathieu, président de Panzani depuis janvier dernier. Sur la zone Nord, sont transformées 170 000 t de blé dur livrées par les coopératives Axéréal, Terris Union, Centre Ouest céréales et le négoce Pissier. Dans le Sud, arrivent 300 000 t apportées du Sud-Ouest par Arterris et du Sud-Est par trois coops, CAPL, Duransia et Drômoise de céréales. Nous privilégions les circuits courts, y compris pour la distribution de nos produits dans tout l’Hexagone. »

Testé de A à Z

Afin de sécuriser ses approvisionnements en blé dur, surtout après plusieurs années marquées par la diminution de la sole, liée à une rémunération peu engageante, Panzani a lancé la démarche Blé responsable français (BRF), en partenariat avec les organismes stockeurs. L’industriel investit en amont, avec les semenciers RAGT et Florimond Desprez, dans la sélection de nouvelles variétés, si bien que cinq sont proposées dans le référentiel BRF. Celles-ci sont conçues pour résister aux aléas climatiques et aux maladies, et pour s’adapter aux différents types de sols. Elles sont ensuite testées sur le terrain. « Nous avons débuté en 2016 avec les opérations de stockage des OS et, depuis deux ans, nous réalisons des expérimentations dans les champs pour mettre au point notre cahier des charges, indique Cécile Renault, directrice R&D et RSE chez Panzani. Nous possédons un grand laboratoire de R&D à Marseille où nous développons de nouvelles techniques analytiques. En 2021, nous avons testé 15 000 t de blé dur issues de chez Arterris. »

Trois engagements BRF

La démarche BRF comprend trois engagements de la part de Panzani. Tout d’abord, l’achat de blé dur 100 % français, ce qui est le cas depuis 2019. « Nos produits, simples et naturels, ne sont fabriqués qu’à partir de blé et d’eau, détaille la responsable R&D. La provenance tracée de nos approvisionnements nous permet de garantir leur qualité. » Panzani souhaite, par ailleurs, protéger l’environnement et participer à ramener la biodiversité dans les campagnes. L’industriel demande pour cela aux producteurs de semer 1 000 ha de bandes fleuries et d’installer 5 000 nichoirs perchoirs à oiseaux d’ici 2025. L’objectif est aussi d’atteindre, cette année-là, le zéro résidu de pesticide. « Notre cahier des charges interdit déjà, depuis six ans, certaines molécules au champ et durant la conservation du grain », note Cécile Renault. En 2022, Panzani devrait transformer 70 000 t de blé dur BRF et vise 260 000 t en 2025.

« Les bandes fleuries prendront la place de mes cultures SIE, si bien que je ne perdrai pas de surface en blé dur, témoigne Vincent Jonquières, agriculteur qui produit 100 ha de blé dur BRF dans le Lauragais (Haute-Garonne). Cette culture nécessite un suivi très fin de l’itinéraire technique et l’utilisation d’OAD pour amener les quatre apports d’azote fractionnés au bon moment. Le dernier se met à la dernière feuille pointante pour obtenir le taux de protéine demandé (13,5 %), moins de 20 % de mitadin et un poids spécifique supérieur à 78. Cela signifie qu’il faut visiter régulièrement ses parcelles pour ne pas manquer le bon stade. Le tout en visant la pluie. »

Panzani verse une prime de 20 €/t pour aider ses partenaires BRF. Celle-ci est partagée entre les agriculteurs qui reçoivent 12 €/t pour compenser les efforts demandés sur les cultures, et les OS qui touchent 8 €/t pour les investissements logistiques (séparation des récoltes BRF) et le travail sur les méthodes de conservation du grain sans insecticide. « Panzani nous propose, depuis 1995, des contrats pluriannuels de trois ans, précise Jacques Groison, directeur du pôle agricole d’Arterris. C’est ensuite la coop qui garantit l’adhésion de ses coopérateurs à la démarche et vérifie la bonne application du cahier des charges. » « C’est une fierté pour nous de produire du blé dur, en sachant qu’il finit dans l’assiette des Français. C’est une vraie reconnaissance de notre savoir-faire », se félicite l’agriculteur.

Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
11%

Vous avez parcouru 11% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
Charles Neron Bancel, directeur des achats blé dur de Panzani (à g.), Florine Pommier, chef de produit pâte, Albert Mathieu, président, Audrey Luc, responsable marketing pâtes, et Cécile Renault, directrice R&D et RSE., Florence Jacquemoud © Florence Jacquemoud
Chiffres clés

CA : 550 M€

Effectif : 830 salariés

800 producteurs BRF en 2022, 3 000 en 2025

470 000 t de blé dur français transformées

37 % de part de marché en volume sur le marché des pâtes

Des pâtes au blé dur d’Arterris
Nicolas Prévost, directeur Métiers du grain d’Arterris (à g.), Jacques Groison, directeur du pôle agricole, et Vincent Jonquières, agriculteur, ont accueilli les équipes de Panzani dans le Lauragais, le 31 mai.Florence Jacquemoud, © Florence Jacquemoud

Chez Arterris, 8 000 des 20 000 adhérents sont des apporteurs en céréales, dont une grosse partie produit du blé dur. Sur 700 000 à 800 000 t de céréales produites chaque année, le groupe collecte 200 000 t de blé dur, une filière importante qu’il entend pérenniser sur le long terme car il s’agit d’une production à valeur ajoutée pour les agriculteurs. Il livre 150 000 à 200 000 t à Panzani, selon les années. Arterris est par ailleurs l’un des principaux partenaires de l’industriel dans la démarche de blé dur BRF. En 2022, si la pluie est au rendez-vous au bon moment, la coop devrait engranger 35 000 à 40 000 t qui lui seront intégralement livrées.

Imprimer Envoyer par mail