Imprimer Envoyer par mail

Le plan de la dernière chance

réservé aux abonnés

-->

Développement d’une offre premium, approfondissement de la contractualisation, modernisation des outils de stockage… La filière blé dur lance un nouveau plan stratégique pour espérer enfin retrouver des surfaces.Par Renaud Fourreaux

En blé dur, la raréfaction de l’offre est prégnante cette campagne. La qualité laisse à désirer dans plusieurs bassins de production, notamment en France, alors que la production mondiale (30,5 Mt) est au plus bas depuis le début des années 2000. Et malgré la flambée des prix, les surfaces mondiales de blé dur devraient certes remonter en 2022, mais « sans exploser », notait Yannick Carel, chargé d’études chez Arvalis, lors de la 24e journée filière blé dur, le 1er février à La Rochelle. Elles augmenteraient de 10 % en Amérique du Nord, mais seulement de 3 % au niveau mondial, et de 2 % en France.

Depuis le creux de 2019, la sole française peine à retrouver des couleurs en raison d’une succession d’aléas climatiques et des incertitudes sur le prix final, avec une décote qualité pouvant aller jusqu’à 80 €/t. Le différentiel blé tendre/blé dur, pas toujours en faveur de ce dernier, fait hésiter les producteurs, de même que le fort besoin en azote, alors que son accès devient de plus en plus onéreux et incertain.

Face à ce constat alarmant, la filière blé dur a donc décidé une nouvelle fois de lancer un plan stratégique, qui repose sur une étude confiée au cabinet Ceresco (lire ci-dessous) et cofinancée par les différents maillons de la filière.

Un plan en quatre axes

Si le détail du projet n’est pas écrit, quatre axes se dégagent dont celui de créer une démarche blé dur premium. « Un vrai bon sujet pour aller chercher de la rémunération supplémentaire, comme cela existe dans la farine, les œufs ou la bière », valide Jean-François Loiseau, président d’Intercéréales.

Car au contraire des industriels italiens comme Barilla, les acteurs français ne sont pas positionnés sur ce créneau, qui représentait pourtant 15 % des volumes de pâtes commercialisés en France en 2020, et 22 % des ventes, selon Nielsen. Sans être élitiste, le premium pourrait être un consentement à payer de 15 à 20 % en plus pour des promesses de type santé, bien-être, local, éthique, bas carbone, sans insecticides de stockage… Mais Bernard Skalli, président des semouliers et pastiers, prévient : « Il faut construire un cahier des charges blé dur premium français qui englobe la totalité des critères qualitatifs pour apporter des garanties supplémentaires technologiques, organoleptiques, environnementales. »

Nicolas Prévost, de Durum, insiste sur la nécessité d’investir dans des unités de stockage avec davantage de capacités d’allotement, permettant des collectes plus rapides, et dans des méthodes d’analyses rapides (Hagberg, Don) qui ont bien manqué l’an dernier pour ségréguer correctement les lots. Tout en gérant cette dichotomie entre un marché français de plus en plus segmenté et le maintien d’une compétitivité. « Enfin, il n’y aura pas d’avenir dans le blé dur sans recherche spécifique, appuie Éric Thirouin, président de l’AGPB. Il faut qu’on trouve les moyens d’augmenter les financements. »

Viser 15 % sous contrats

Autre axe fort et plutôt peu courant dans cette filière : la contractualisation, notamment entre l’OS et l’agriculteur. L’objectif à trois ans est de couvrir 50 % des volumes destinés au marché français, soit 15 % de la collecte. Cela passe notamment par la mise à disposition d’indicateurs de marché et de coût. La filière compte d’ailleurs sur le nouveau contrat cash-settled (sans livraisons physiques possibles) lancé par Euronext le 11 janvier, même s’il n’y avait toujours pas eu de transactions début février. Semblable au contrat à terme blé meunier, reprenant d’ailleurs ses échéances, il permet aux OS et industriels de fixer des prix dans un marché volatil et à l’approvisionnement discontinu. L’indice est fabriqué à partir des références du marché physique en France (Rouen, Port-la-Nouvelle et La Pallice) et en Italie (Bologne, Foggia et Altamura).

S’il n’y a pas d’objectifs précis, « il faudrait que la production française passe de 1,2-1,3 Mt à 1,6 puis 1,8-2 Mt, tente Jean-François Loiseau. Pour cela, il faudra un plan d’investissement massif, il y a un petit effort de guerre collectif à faire sur une durée courte. Mais si on a une belle feuille de route, les pouvoirs publics seront attentifs pour du cofinancement. »

Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
« Une étude dans une approche différente »

« Pendant dix mois, Ceresco a conduit une étude stratégique pour le compte de la filière blé dur, mais dans une approche différente des précédents plans, expose son PDG, Bertrand Oudin (photo). C’est une logique qui privilégie la valeur aux volumes, avec quatre axes lisibles, des actions cohérentes et une dynamique en mode projet avec un suivi exigeant. Les deux premiers piliers sont la création d’une démarche premium pour valoriser la qualité française du produit et de la logistique, et la mise en place de la contractualisation jusqu’à l’agriculteur pour amener un brin de sécurisation dans la filière. Les deux autres sont la relance de l’investissement dans la sélection variétale et l’innovation dans les outils de travail du grain. Ces quatre objectifs sont ambitieux mais tenables dans un esprit de pragmatisme ; certaines ambitions vont s’afficher au fur et à mesure. Enfin, si un certain nombre de positions étaient crispées au départ, elles sont devenues davantage consensuelles par la suite et on a senti une volonté des acteurs de travailler ensemble, d’aller de l’avant et de reprendre en main leur destin. »

Cavac-Barilla, le contrat qui dure
r.fourreaux, © r.fourreaux

Depuis quelques années, un contrat pluriannuel lie la Cavac à Barilla pour la fourniture de 20 000 t de blé dur (près d’un quart de la collecte). Le cahier des charges est exigeant : 79 kg/hl mini de PS, 13,5 % max d’humidité, 7 % max de GMF et 15 % mini de protéines. Des contrats de production ont été mis en place avec les agriculteurs, comme Emmanuel Murail (photo, à dr.), qui ont dû adapter leur itinéraire cultural : semences certifiées, date de semis en accord avec le technicien, prise en compte du précédent cultural, pas de pyréthrinoïdes contenant du PBO, pas de désherbage au glyphosate en pré et en postsemis, fractionnement de l’azote… Christophe Vinet, directeur du pôle végétal à la Cavac (à g.), égrène les adaptations côté coop : déclenchement des battages à maturité, remorques nettoyées, réceptions sur sites dédiés, mise en priorité au séchoir, allotement spécifique, et seule la phosphine peut être utilisée au stockage.

Imprimer Envoyer par mail



"