La luzerne déshydratée a été produite en 2021 à partir de « 69 000 ha sur un total de 300 000 ha de luzerne », a annoncé Éric Masset, président de La Coopération agricole Luzerne de France, lors d’une conférence de presse début février. Les 760 000 t sorties de 24 usines sont proches de la production moyenne des cinq dernières années.

Cependant, Désialis, qui commercialise 90 % de la luzerne déshydratée, a fait part, lors de cette conférence, de stocks de produits finis, balles et pellets, historiquement bas, deux fois moins importants qu’en 2020 (pour des raisons de confidentialité, les chiffres ne sont pas communiqués). Ce niveau est la conséquence de trois années de sécheresse avec en 2020 un rendement en recul historique de 21 % sur celui de 2019.

La hausse de production en 2021 n’a pas été suffisante, en raison des conditions climatiques humides de l’été dernier, pour faire remonter les stocks. D’autant que la demande est restée ferme dans un contexte inflationniste pour les matières premières en 2021. « 2022 se présente alors dans une situation de marché ferme, avec des stocks restreints, un fonds de commerce stable et de proximité », souligne Pierre Begoc, directeur de Désialis. 70 % de la luzerne est consommée en France, 25 % intra-UE et en Suisse et 5 % au Moyen-Orient et en Asie. Malgré les déconvenues de production, Éric Masset estime que « la luzerne aura une belle place dans la nouvelle Pac avec une palette d’outils pour la soutenir ».

Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
34%

Vous avez parcouru 34% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !