Imprimer Envoyer par mail

BASF déjà bien avancé dans sa transition agroécologique

réservé aux abonnés

BASF déjà bien avancé dans sa transition agroécologique
L. PETIT

Un an après le lancement de sa feuille de route agroécologique à l’horizon 2030, BASF dévoile les premiers résultats et annonce la nomination de Jean-Jacques Pons au poste de directeur général.

«Cette transition agroécologique, depuis le lancement de notre feuille de route il y a un an, s’est faite de façon très réelle avec des résultats très concrets », se réjouissait début juin Nicolas Kerfant, encore DG de BASF France division Agro. En 2020, 36 % des hectares de colzas associés ont été désherbés avec au moins une solution BASF, dépassant d’ores et déjà son objectif de couverture de 20 % à l’horizon 2025. Toujours en colza, BASF observe une baisse de 22 % de l’IFT herbicide dans des itinéraires innovants intégrant des plantes de service, ce qui correspond a un état d’avancement de 73 % par rapport à l’objectif de 2025. Pour le blé, l’intégration de son fongicide Revysol dans des programmes de protection a permis de réduire l’IFT fongicide de 14 % en comparaison des autres solutions.

Neutralité carbone en 2050

Dans le cadre de son 4e pilier, visant la réduction de l’impact des produits phytos, BASF s’est fixé pour objectif que les solutions de biocontrôle représentent 10 % de son chiffre d’affaires en 2025 et 15 % en 2030. « Nous avons atteint 6,2 % fin 2020, souligne Jean-Marc Petat, directeur agriculture durable. Aujourd’hui, BASF est le numéro deux en valeur du marché avec 12,2 % du marché hors cuivre. » En ce qui concerne les objectifs de coconstruction, BASF a mis en place 11 partenariats stratégiques, contre 5 prévus d’ici 2025, notamment avec quatre start-up françaises spécialistes du biocontrôle. Elle a aussi poursuivi le développement de son dispositif Agropartners, des plateformes d’expérimentation multipartenariales incluant notamment des distributeurs, avec deux nouveaux partenariats avec Axéréal et Océalia. « C’est la somme des initiatives qui apporte des solutions », affirme Nicolas Kerfant.

BASF souhaite également renforcer son engagement pour le climat en intégrant un 6e pilier visant la neutralité carbone à sa feuille de route agroécologique. « À l’échelle du groupe, notre volonté est de réduire de 25 % les émissions de CO2 à l’horizon 2030, explique Nicolas Kerfant. BASF va investir la somme astronomique de 4 Mds€ pour accompagner cette transition, car nous visons la neutralité carbone d’ici 2050. » Pour la France, l’objectif est de réduire les émissions de CO2 de 30 % par tonne de récolte produite d’ici 2030, grâce au développement de solutions innovantes pour les agriculteurs reposant sur le digital, la technologie blé hybride, les inhibiteurs d’uréase et l’utilisation de produits de protection des plantes inédits.

Penser itinéraires

Après l’annonce de ces premiers résultats et afin de s’adapter aux contextes français et européens, BASF France fait évoluer son comité de direction. Le 1er juillet, Jean-Jacques Pons, directeur commercial depuis dix ans, a pris la direction générale. « Mon premier chantier sera d’assurer la transition agroécologique de BASF, affirme ce dernier. Notre objectif est de passer d’une société très agrochimique à une société très plurielle, avec notamment les semences et le digital. Mon défi est de transformer l’entreprise et sa façon de mettre en marché en promouvant de nouveaux itinéraires techniques, nous devons penser itinéraires et pas seulement produits. »

Jean-Jacques Pons succédera ainsi à Nicolas Kerfant, qui prend le poste de Manager Agricultural Solutions pour la sous-région Europe de l’Ouest de BASF, comprenant la France, la Grande-Bretagne, l’Irlande et le Benelux.

Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
15%

Vous avez parcouru 15% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
« Notre objectif est de passer d’une société très agrochimique à une société très plurielle avec notamment les semences et le digital », a affirmé lors des Culturales Jean-Jacques Pons, nouveau DG France depuis le 1er juillet., Lucie PETIT © Lucie PETIT
Repères

Colza : 36 % des hectares de colzas associés désherbés avec au moins une solution BASF en 2020, baisse de 22 % de l’IFT herbicide dans des itinéraires intégrant des plantes de service.

Blé : l’intégration du fongicide Revysol dans des programmes a permis de réduire l’IFT fongicide de 14 % comparé à d’autres solutions.

Biocontrôle : 6,2 % du CA.

Partenaires : 11 partenariats officialisés fin 2020, 2 nouveaux distributeurs intégrés à Agropartners.

Imprimer Envoyer par mail