« Après avoir repris des couleurs fin 2019, les cours mondiaux ont chuté drastiquement de 33 % entre mars et mai 2020, avec le Covid. Ils se sont ensuite redressés pour atteindre au plus haut, en février 2021, 342 $/t pour le sucre brut et près de 400 €/t pour le blanc. La production a baissé au Brésil, l’année était à nouveau déficitaire en sucre, les cours du pétrole ont remonté et les fonds de pension se sont intéressés au sucre. Depuis, le marché a repris son souffle mais nous sommes optimistes quant à l’évolution des cours sur 2021-2022. Les négociations avec nos clients industriels se déroulent dans un contexte plus favorable qu’il y a un an. On note des éléments haussiers comme une forte sécheresse au Brésil, un arrêt de la dépréciation du réal et le renchérissement du pétrole qui incite les producteurs brésiliens à produire plus d’éthanol, mais aussi des facteurs baissiers, notamment une prévision de forte production en Inde. La somme des deux devrait tout de même conduire à une remontée des cours. »

Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
49%

Vous avez parcouru 49% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !