Imprimer Envoyer par mail

Désherbage constant, défanage ascendant

réservé aux abonnés

-->
Après une baisse en 2020, les surfaces défanées ont augmenté de 4 %, à 130 000 ha en 2021, et en déployées de 16 %, à 155 000 ha. © Claudius Thiriet

Le marché herbicides pommes de terre est resté stable en 2021. Celui des défanants, qui a repris ses marques après la disparition du diquat, progresse d’environ 16 %.

«Le désherbage des pommes de terre a mieux fonctionné que l’an dernier », reconnaît Bertrand Boulet, de Belchim. « Malgré cela, on a constaté une grande stabilité des ventes d’herbicides », note Johanny Guinaudeau, de FMC. Seules 5 % des surfaces ont reçu deux traitements. « Ces interventions de rattrapage correspondent aux parcelles où le désherbage est compliqué, avec vivaces par exemple », précise Bertrand Boulet. La métribuzine, dont l’avenir est incertain, est toujours la matière active la plus utilisée, devant le prosulfocarbe qui progresse, la clomazone, l’aclonifen et le métobromuron. De même, Challenge est toujours en tête des herbicides pommes de terre, devant le Centium 36 CS. Côté entreprises, Bayer confirme sa place de leader avec 35 % de part de marché. Chez Belchim, la part de Proman, Inigo et Soleto est restée stable à 25 %, devant Syngenta qui progresse à 24 %, FMC, 15 %, Adama, 3,7 % et UPL. Côté produits, le marché accueille une nouveauté avec le lancement de Bismark CS par Phyteurop. Elden, la seule solution de postlevée, est arrêtée.

Deux tiers des surfaces défanées

En matière de défanage, pas de modifications en termes de produits à noter. Le marché s’est par contre réévalué. « L’année a été moins propice à la dessication naturelle de la végétation », souligne Johanny Guinaudeau. « Après une baisse des surfaces défanées en 2020, on est revenu au niveau de celles de 2019, constate Bertrand Boulet. Environ deux tiers des superficies de pommes de terre sont défanées chimiquement, à la suite ou non d’un broyage. » Les surfaces traitées ont augmenté de 4 % à 130 000 ha en 2021, et celles déployées de 16 % à 155 000 ha. 24 % des superficies ont reçu deux défanants chimiques, contre 12 % en 2020. La dépense hectare a augmenté de 10 €, à 64 €/ha en moyenne. En valeur, le marché a gagné 1,3 M€, à 8,3 M€.

Spotlight Plus/Shark de FMC caracole toujours largement en tête des ventes de défanants, avec environ 80 % de part de marché, devant Philagro avec Sorcier, près de 20 %, et Belchim, 5 %, avec Gozaï Max et Beloukha solo.

En chiffres

Surfaces traitées avec des herbicides pommes de terre en 2021 : 193 000 ha

Surfaces déployées : 553 000 ha ( 0,7 %)

Dépense moyenne : 101 €/ha ( 1 %)

Chiffre d’affaires : 19,4 M€ (stable)

Imprimer Envoyer par mail