Imprimer Envoyer par mail

Un marché en suspens

réservé aux abonnés

Un marché en suspens
Jean-Michel Nossant

Les ventes de semences peinent à se maintenir alors que la sole colza est au plus bas après les mauvaises levées de l’été dernier, en particulier dans le Nord-Est. Trois intervenants dominent actuellement le marché : Limagrain, KWS et Lidea. Par Anne-Marie Laville

La sécheresse au semis à l’automne 2020 a de nouveau joué un mauvais tour au colza. Selon Agreste, les surfaces se contractent légèrement en dessous d’un million d’hectares, soit un recul estimé à 9,8 % par rapport à la campagne 2019-2020 et de 26 % par rapport à la moyenne 2016-2020. La diminution touche surtout la Lorraine et la Bourgogne, avec 55 % de colza levé, et aussi la Champagne, la pluie n’étant pas arrivée à temps. Dans le Centre et les Pays de la Loire, tout comme dans les Hauts-de-France, la tendance semble stable. En Normandie, les semis auraient progressé de 10 à 15 %. En volume, le marché des semences certifiées s’est relativement maintenu en 2020, selon l’UFS, avec 290 000 doses. Les semenciers misent sur une reprise des surfaces en 2021-2022 d’au moins 100 000 ha, qui devrait faire remonter les ventes à l’automne prochain.

Six semenciers majeurs

Toujours réactif aux nouveautés, le marché colza pratique un turn-over rapide. Aux semis 2020, ES Capello (Lidea), cultivé sur 60 000 ha, et Feliciano KWS sont devenues les premières variétés du marché, suivies par LG Aviron (Limagrain) en troisième place. Pour la campagne 2020-2021, la marque LG conserve sa position de leader avec environ 26 % de part de marché. « Nous avons 5 hybrides dans le top 10 », relève François Jansseune, chef de produit Limagrain. Passant en deuxième place, KWS rafle 15 % de pdm avec en vedette Feliciano KWS. Après la fusion d’Euralis et de Caussade Semences, la nouvelle structure Lidea prend la 3e place avec 13,8 % de pdm. Bayer annonce une pdm de 13 % avec six hybrides, dont les variétés phares DK Exlevel, DK Expacito. En progression continue, RAGT semences passe de 10 % en 2019 à 12 % de pdm pour les semis 2020, principalement avec RGT Cadran et RGT Quizz entrées dans le top 10. KWS Momont, grâce à une gamme diversifiée, se hisse au 6e rang des semenciers, en avoisinant les 8 % de pdm. Les autres intervenants, Semences de France, DSV, Syngenta, BASF, Mas Seeds, Saatbau, occupent des positions plus modestes.

35 variétés qualifiées « à résistance partielle au virus TuYV »

Depuis trois ans, le marché a largement basculé vers les variétés peu sensibles aux viroses TuYV, qui représentent environ deux tiers des colzas semés en 2020. Elles font l’objet d’une fiche action CEPP, qui permet d’obtenir des certificats par dose utilisée. La fiche action comporte aujourd’hui 35 variétés qualifiées à résistance partielle au virus TuYV responsable de la jaunisse du colza, transmise par le puceron vert. En 2021, 11 nouvelles variétés figurent sur la fiche d’action standardisée du dispositif CEPP TuYV, publié dans l’arrêté de fin 2020. L’évaluation des variétés revendiquant la résistance partielle au virus TuYV est réalisée tous les ans par Terres Inovia pour les variétés en post-inscription, et par le CTPS-Géves pour les variétés en pré-inscription.

Autre segment en progression : les variétés pièges à méligèthes continuent leur implantation sur près de 25 % des surfaces de colza en 2020. Ayant une floraison plus précoce de 4 à 8 jours que la plupart des variétés, les variétés pièges captent les méligèthes qui épargnent ainsi les boutons floraux de la variété principale. Les variétés pièges telles que ES Alicia font l’objet d’un CEPP et sont ajoutées à hauteur de 7 % dans une dose de 100 000 graines de colza conventionnel. Une autre voie de piégeage se profile avec des variétés pièges à altises, testées et introduites par KWS cette année. Très attractives pour ces ravageurs, elles permettraient de les détourner de la variété principale. Ces variétés pièges se mélangent à hauteur de 7 % à la dose de colza conventionnel. Elles seront expérimentées par Terres Inovia à partir de 2021 sur plusieurs années.

Enfin, une autre innovation génétique marquante s’annonce avec la résistance partielle au sclérotinia introduite cette année sur une variété Brevant du semencier Corteva. Les semis de colza associés à des plantes compagnes poursuivent aussi leur chemin. Ils couvrent environ 15 % de la sole et plusieurs semenciers développent des offres spécifiques qui devraient jouer en faveur de leur essor. Pour finir, le segment des colzas oléiques poursuit discrètement sa croissance, avec plus de 6 000 ha implantés en 2020, et des bonnes perspectives pour la prochaine campagne.

Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
Jean Michel Nossant, © Jean Michel Nossant
Les variétés pièges à altises, qui permettraient de détourner ces ravageurs de la variété principale, seront expérimentées par Terres Inovia à partir de 2021 sur plusieurs années., Christian Watier © Christian Watier
Chiffres clés

Surfaces de colza d’hiver (estimation 2020-2021 Agreste) : 1 Mha

Ventes de semences 2020 stables avec environ 290 000 doses de 1,5 million de graines (UFS)

Semences de ferme en légère baisse sur environ 166 000 ha

Répartition variétale : plus de 96 % d’hybrides ; 4 % lignées

Teneur en huile en forte hausse

En 2020, la teneur en huile moyenne se situe à 44,3 % aux normes, contre 43 % en 2019. La hausse est aussi très nette, de 1,1 point, par rapport à la moyenne quinquennale. Le bassin Est se démarque avec une teneur sensiblement supérieure aux autres et des graines livrées avec la plus faible teneur en eau. À la faveur d’un hiver doux ayant permis une minéralisation continue de l’azote, la teneur en protéines atteint une moyenne de 19,7 % de la matière sèche et s’inscrit dans la moyenne quinquennale.

Imprimer Envoyer par mail