Pierrick Pigot, à tout juste 30 ans, est devenu responsable de la coopérative agricole de Puiseaux, dans le Loiret. Il prend la suite de Jean-Claude Legrand, parti à la retraite fin mars. Dans cette « petite » unité (75 000 t de collecte, 150 adhérents), les administrateurs ont recruté un profil polyvalent.

Ingénieur agronome, Pierrick Pigot a d’abord été conseiller bancaire au Crédit agricole pendant cinq ans, puis chef de centre à la Caproga, la coopérative de l’est du Loiret. Il possède également une exploitation agricole à Courtenay et a été impliqué au syndicat Jeunes Agriculteurs. « Je crois qu’ils ont apprécié le côté financier, connecté aux réalités du terrain », indique le jeune directeur.

75 % des blés en CRC

Après quatre mois de tuilage avec l’ancien directeur, Pierrick Pigot souhaite développer la stratégie amorcée : trouver des marchés à haute valeur ajoutée pour rester indépendant. La coop de Puiseaux développe depuis plusieurs années des blés de force et de l’orge brassicole (un tiers de la collecte). En quatre ans, elle a multiplié par dix le volume des blés en filière CRC pour atteindre près de 75 % de la collecte.

Bientôt un nouveau responsable filière

« Notre rôle est d’accompagner au mieux nos adhérents dans ces filières en constante augmentation, c’est pourquoi nous recrutons un nouveau responsable filière. Outre des investissements pour améliorer notre efficience logistique, nous allons également réfléchir, d’ici deux à trois ans, à de nouveaux moyens de stockage, seuls ou avec notre UFGC (Union France Gâtinais céréales) », explique le DG.

Une prime pour coller aux coûts de production

Des marchés de niche sont également en développement, comme le lin ou la féverole. Mais pour l’heure, le jeune directeur planche plutôt sur la sécurisation des filières. La guerre en Ukraine, l’augmentation du prix des engrais et de l’énergie, l’envolée des cours sont autant de facteurs qui peuvent inciter les agriculteurs à se tourner vers le plus offrant. « Nous travaillons avec les meuniers à la mise en place d’une prime pour coller aux coûts de production », assure-t-il.

Aude Richard
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !