« Je ne sais toujours pas, ni quand ni comment, on va faire notre lancement ! » À quelques jours d’un lancement de campagne capital, bon nombre de managers semblent déboussolés avec le nouveau confinement. Or cette année, les enjeux sont importants : avec l’émergence d’offres de conseil, les enjeux commerciaux autour d’offres alternatives et la guerre concurrentielle qui fait rage, les messages lors du lancement de campagne doivent être clairs, nets et précis. Il va falloir trouver les moyens de mobiliser le terrain, quelles que soient les conditions.

Outre les chanceux qui ont lancé la campagne avant l’annonce du reconfinement, pour les autres, il s’agit de trouver des solutions pour unir, fédérer et mobiliser les équipes malgré les conditions. Et pour cela, il ne suffira pas de faire en visio la même chose que d’habitude.

Fixer le cap

Plus que tout, les débuts de campagne sont l’occasion pour le management de communiquer la vision. Dans un environnement anxiogène pour les équipes, c’est le moment de mobiliser tout le monde autour de la vision de l’entreprise. Or quand nous sommes à distance, nous ne percevons pas les discussions de la même manière et les messages clés peuvent vite donner lieu à des quiproquos ou de mauvaises interprétations.

Il est capital de soigner sa communication en veillant à détailler plus que d’habitude les messages pour aider les équipes à comprendre le sens des actions. Et pour cela, tous les moyens sont bons. Il va falloir être ingénieux. Les enregistrements audio et vidéo peuvent, par exemple, permettre de mieux faire passer les messages clés et d’en maîtriser complètement la forme comme le fond.

Préserver la notion d’équipe

Il faut ensuite arriver à préserver une notion d’équipe, même à distance. Nous n’avons jamais eu autant besoin d’un soutien managérial, d’une compréhension empathique de la part des managers. La période que l’on traverse dans le monde agricole est pleine de doutes, de remises en cause, de changements majeurs à encaisser… Cependant, nous traversons tous la même chose. L’humain reste le facteur clé de tout projet de transformation. Et il semble qu’on ait tendance à l’oublier.

Les plans d’action et les projections, c’est bien. Mais pour atteindre des objectifs, il faut une équipe, des hommes et des femmes qui se sentent concernés et fiers d’appartenir à l’entreprise. C’est dans ces moments que l’on ressent probablement le plus ce sentiment d’appartenance et les valeurs d’une entreprise. Le rôle des managers, à tous les niveaux, est donc désormais d’imaginer les solutions pour garder une équipe soudée, solidaire et prête à en découdre quelles que soient les conditions !

Animer et favoriser les échanges, même à distance

Pour faire face aux nouveaux enjeux, il faut dès le lancement puis en cours de campagne créer des moments d’échange et de partage au sein des équipes. Les dispositifs et les instants passés ensemble doivent être dédiés à ajuster les process, les plans d’action et à ressentir l’état d’esprit de chacun, que ce soit à distance ou en petits groupes. Et pour cela, il nous faut pousser à leur paroxysme les techniques de travail collectif, notamment quand il s’agit de le faire à distance.

Pour permettre à son équipe de s’ajuster et de rester mobilisée, le manager doit instaurer un nouveau mode de relation et de management fondé sur davantage de confiance, de mise en responsabilité. Les solutions émergeront du terrain. Et la distance ne doit pas engendrer une perte d’échange entre les collaborateurs d’une même équipe, sinon on perdra indubitablement en créativité…

La crise : un révélateur des déséquilibres préexistants

Le contexte sanitaire nous pousse dans nos retranchements. Le calendrier, les obligations réglementaires, le marché… mettent tous les acteurs de l’agrodistribution sous pression. Mais il faut AGIR pour avancer. Nous ne devons pas subir nos lancements.

Faire la même chose en visio ne sera pas suffisant. Il faut se réinventer et mobiliser : revoir nos lancements et le pilotage des campagnes. Mais ne dit-on pas que ce qui caractérise les crises, c’est qu’elles sont des révélateurs des déséquilibres préexistants… Comme le disait Alfred Sauvy : « Il n’est aucun problème humain qui ne puisse trouver sa solution, puisque cette solution est en nous. » Alors avançons !

Benjamin Viguier b.viguier@motival.fr www.motival.fr
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !