Lors du dernier Sia, La Coopération agricole a présenté le nouveau certificat de qualification professionnelle technicien-conseil aux agriculteurs (CQP TCA), fruit d’un travail collaboratif de plusieurs acteurs, avec l’aide aussi de l’opco Ocapiat, à partir du CQP TCAC lancé par le secteur coopératif agricole en 2012 et qui, en sommeil, avait besoin d’être rénové.

Le nouveau CQP TCA a été élargi au négoce agricole et au contrôle laitier. Côté coopération, il a été validé en décembre dernier par la commission paritaire (CPNIEFP). Pour les deux autres organisations, cette validation est en cours.

Ce CQP transverse interbranches, qui couvre aussi bien les productions végétales que les productions animales, reçoit le soutien des pouvoirs publics, notamment à travers la charte emploi qui avait été signée en 2020 pour le secteur alimentaire et qui a été resignée dans une nouvelle version, le 4 mars, étendue aux deux secteurs amont de la filière (exploitations agricoles et pêche). Les CQP font partie en effet des actions encouragées par cette charte.

Quatre blocs de compétences

Plusieurs groupes de travail incluant de nombreux professionnels ont participé à la construction de cette certification, afin d’en faire un référentiel le plus proche possible des nouvelles attentes et évolutions du métier de conseiller, et qui embrasse le plus largement possible l’éventail de sa mission.

Ainsi, quatre blocs de compétences ont été déclinés « pour répondre au mieux au besoin d’individualisation du conseil, avance Christophe Tronel, du cabinet Co & Sens chargé de la trame de ce CQP. Nous nous sommes inspirés en partie du CQP TCAC, mais nous l’avons simplifié et restructuré pour nous inscrire dans la vision professionnelle exigée depuis la loi de 2018. Chaque bloc doit refléter une partie du métier du conseiller. » Et de nouvelles compétences ont été introduites.

Diagnostiquer, accompagner, réunir, vendre

Le premier bloc déroule la démarche à suivre pour « réaliser le diagnostic du projet de l’agriculteur » autour de cinq compétences : identifier le projet de l’agriculteur et ses besoins et attentes, analyser le marché et le type de productions agricoles, réaliser un diagnostic et analyse de données et identifier les évolutions et axes d’amélioration possibles, proposer des plans d’action et outils d’aide à la décision, et, dernier point, planifier et organiser son activité.

L’accompagnement faisant suite à ce diagnostic est développé dans un deuxième bloc « accompagner et conseiller l’agriculteur dans le pilotage de son exploitation », structuré autour de sept compétences dont, par exemple, conseiller l’agriculteur sur les systèmes de productions et les méthodes de cultures (et/ou d’élevage) avec une approche technico-économique, dans le respect de la réglementation en vigueur afin d’optimiser sa production agricole.

Le troisième bloc invite à travailler en réseau et à stimuler les échanges tout en développant l’ancrage territorial. Intitulé « développer un collectif d’exploitants agricoles et d’experts techniques », ce bloc incite le conseiller à développer ses capacités à relayer l’information entre les différents acteurs, à animer des réseaux d’agriculteurs ou de partenaires experts, des formations et ateliers collectifs. Et à orienter l’agriculteur vers la meilleure expertise en interne ou externe.

Le dernier volet s’intéresse à la capacité à commercialiser des prestations de services et des produits agricoles. Trois compétences sont demandées autour de la présentation de services ou produits agricoles, de la négociation et du développement du portefeuille et de la prospection.

Pour des bac + 2 ou par VAE

Cette certification équivaut à bac + 3 et est accessible à toute personne titulaire d’un bac + 2 et ayant deux ans d’expérience dans le métier du conseil aux agriculteurs et, dans le cas des productions végétales, le Certiphyto. Il sera possible d’y accéder également par la voie de la VAE à partir du moment où ce CQP sera enregistré au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). L’évaluation de ce certificat est réalisée en trois temps : par un tuteur, par un questionnaire et par une étude de cas pratique.

Organiser les premières formations

« Le CQP TCA est concrètement fonctionnel aujourd’hui », affirme Christophe Tronel. Cependant, comme son objet est d’être un référentiel métier, il reste à bâtir des parcours de formation pour le mettre en œuvre sur le terrain et qui tiendront compte des spécificités propres à chaque secteur. « LCA Solutions + va créer un parcours de formation. D’autres organismes de formation vont pouvoir également se saisir de ce CQP », avance de son côté Corinne Lelong, directrice des affaires sociales à La Coopération agricole.

D’autre part, pour faciliter le financement des formations, ce certificat doit être réenregistré au RNCP. Pour cela, il doit faire l’objet au préalable d’une formation de deux cohortes de stagiaires. « Nous allons avoir besoin d’Ocapiat pour le financement de ces deux cohortes », ajoute Corinne Lelong.

Mobiliser les coops avec l’appui du programme Casdar

Une nouvelle étape est donc en cours avant le déploiement de ce nouveau dispositif d’ailleurs inscrit dans les lignes du nouveau programme de développement de LCA financé par le Casdar. « Pour que les coopératives s’inscrivent dans ce dispositif, nous aurons à déployer toute une communication et à impliquer les régions dans cette mobilisation, à coordonner des actions. C’est là que peut intervenir notre programme de développement », explique Guillaume Dyrszka, chargé de mission conseil coopératif-environnement à LCA.

Le CQP TCA s’adresse aux équipes d’entreprises qui ont choisi la vente en phytos ou le conseil. À chacun d’y trouver ses bénéfices pour une certification qui, au-delà du renforcement des compétences, pourrait concourir à améliorer aussi bien l’employabilité de ses titulaires que l’attractivité d’un métier souvent mal connu.

Hélène Laurandel
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
8%

Vous avez parcouru 8% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !