« Nous avons besoin des sauveteurs en cas d’accident, c’est une évidence, mais il faut savoir qu’eux aussi ont besoin de nous pour pouvoir se former et intervenir dans de bonnes conditions », résume Samuel Dujardin, responsable industrie maintenance et investissements neufs à la coopérative de Creully. Il s’exprimait à l’issue de six journées de formation des équipes du SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) du Calvados (14) et de l’Eure-et-Loir (28), que la coopérative a accueillies, du 11 au 20 octobre, sur son silo de Nonant.

En tout, une quarantaine de sauveteurs a pu être formée sur cette période. Depuis 2015, la coopérative participe ainsi à la formation des sauveteurs du SDIS sur ses différents sites.

Technique innovante de sauvetage-déblaiement

Lors de ces journées, les opérateurs de l’unité de sauvetage-déblaiement du Calvados menés par le capitaine Pierre Kefelian-Jobert ont notamment été formés en grandeur nature à une nouvelle technique de déblaiement de personnes et de départs de feu en silo.

Ce dispositif simple mais unique en son genre est développé depuis sept ans par les équipes du SDIS d’Eure-et-Loir à l’initiative du capitaine Pascal Lebenoit. Il permet de gagner beaucoup de temps sur les interventions et d’améliorer les chances de sauvetage. Il reste encore malheureusement très confidentiel en France, car seuls les départements du Calvados et de l’Eure-et-Loir en sont équipés.

Opération aussi dans une tranchée

Cette opération de sauvetage en conditions réelles a été conduite de façon coordonnée avec les équipes du Grimp (Groupe de reconnaissance et d’intervention en milieux périlleux). Une tranchée a également été creusée pour permettre un transfert de compétences de sauvetage-déblaiement sur ce sujet spécifique par les membres du SDIS 14 auprès des équipes du SDIS 28.

L’an passé, lors d’une formation sur le site de la coopérative de Creully de Bretteville-l’Orgueilleuse, une tranchée avait été également creusée pour permettre un transfert de compétences de sauvetage-déblaiement sur ce sujet spécifique par les membres du SDIS 14 auprès des équipes du SDIS 28. « Ce n’est pas un risque récurrent chez nous, mais nous accueillons régulièrement des chantiers où des tranchées sont créées. Par ailleurs, cela a permis aux équipes du SDIS de faire coup double sur un seul site », explique Samuel Dujardin.

Alexis Dufumier
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !