Imprimer Envoyer par mail

Transition : financer les montées en compétences avec le FNE-Formation

Transition : financer les montées en compétences avec le FNE-Formation
Éric Pommageot, secrétaire général d’Ocapiat (à g.), et Dominique Braoudé, président d’Ocapiat, font le point sur le FNE-Formation, particulièrement brigué par les coopératives et négoces depuis son assouplissement le 1er juillet 2021.

L’assouplissement du FNE-Formation depuis le 1er juillet 2021 permet d’accompagner notamment les formations pour la transition écologique ou numérique. Le point avec Ocapiat en charge de ce fonds.

Depuis le 1er juillet 2021, le FNE (Fonds national de l’emploi)-Formation a été assoupli en s’ouvrant également aux entreprises en mutation ou en reprise d’activité. En 2022, cette disposition reste bien sûr valable puisque le FNE se poursuit. « Ce dispositif est toutefois contraint par l’enveloppe budgétaire allouée à Ocapiat », tient à préciser Dominique Braoudé, président d’Ocapiat, opérateur de compétence pour la coopération agricole, le commerce agricole, l’agriculture, la production maritime, la transformation alimentaire et les territoires.

Coopératives et négoces agricoles peuvent donc prétendre à ce fonds pour financer certains parcours de formation, d’autant plus que ceux-ci se multiplient afin d’accompagner les équipes vers les transitions en cours. Parmi les quatre types de parcours qui sont éligibles au FNE-Formation (lire plus bas), le parcours « anticipation des mutations » concerne justement l’accompagnement des salariés dans le cas des transitions écologique et numérique.

Un champ des actions éligibles fortement élargi

« Un parcours peut inclure un ou plusieurs modules/actions et il n’y a pas de durée minimale prescrite. Depuis le 1er juillet 2021, le champ des actions éligibles a été fortement élargi, explique Éric Pommageot, secrétaire général d’Ocapiat. Ainsi, les parcours incluent toutes actions de formation à quelques exceptions près, les bilans de compétences, les actions permettant de valider les acquis de l’expérience (VAE). »

Si des parcours incluent des actions comme le permis, le Caces (Certificat d’aptitude à la conduite d’engins en sécurité), le renouvellement d’habilitation, ils sont éligibles à la seule condition que ces actions permettent aux salariés concernés de développer leurs compétences, de concourir à leur employabilité, de les maintenir dans l’emploi et de permettre la reprise de l’activité de l’entreprise.

74 coops et négoces pris en charge

Plusieurs coopératives et négoces agricoles ont déjà bénéficié ou bénéficient de ce fonds avec des demandes qui ont fait un bond depuis le 1er juillet 2021 avec 74 entreprises, pour un total de 84 depuis le 1er janvier 2021. « 84 % des coopératives et négoces présentent un effectif de moins de 300 salariés. La moitié présente un effectif de moins de 50 salariés, donc ces entreprises ont pu bénéficier d’une prise en charge de leur parcours à hauteur de 100 % », précise Dominique Braoudé.

Une diversité de formations

Les parcours présentés par ces coopératives ou négoces sont variés. Ils peuvent toucher les fonctions commerciales à l’image des parcours technico-commerciaux, digitalisation du parcours client, développer les ventes de biosolution ou encore conseiller d’exploitation. Ils peuvent aussi concerner l’environnement avec un parcours responsable qualité sécurité environnement, le changement climatique avec un parcours bilan carbone, maîtrise de la méthode ou encore la gestion des marchés avec une formation remporter les marchés ou les métiers du grain autour du séchage du grain.

Toute entreprise intéressée peut se rapprocher de son conseiller Ocapiat afin d’échanger sur son projet depuis la page FNE du site d’Ocapiat, en cliquant sur « Contactez-nous ». Une fois la fiche annexe à la demande de subvention remplie et adressée au conseiller Ocapiat, celui-ci va proposer un rendez-vous.

Quatre types de parcours éligibles au FNE-Formation

•Les parcours de reconversion interne qui permettent aux salariés de changer de métier au sein même de l’entreprise.

•Les parcours certifiants pour accéder à un diplôme, un titre professionnel, un certificat de qualification professionnelle, des compétences socles (CléA) et qui peuvent le cas échéant intégrer la VAE (validation des acquis de l’expérience).

•Les parcours compétences spécifiques contexte Covid-19 afin de former des salariés aux compétences spécifiques apparues lors de la crise sanitaire ou bien, nouveauté, qui ont pour objectif de faciliter, accompagner ou soutenir la reprise d’activité.

•Les parcours « anticipation des mutations » pour mettre en œuvre des parcours thématiques stratégiques pour le secteur et accompagner des salariés dans leur montée en compétences et leur appropriation des outils et méthodes de travail dans le cas des transitions « numérique et écologique ».

Hélène Laurandel
Imprimer Envoyer par mail