L’opérateur de compétences Ocapiat, qui couvre notamment La Coopération agricole, l’agriculture et l’IAA, a signé, le mardi 25 mars au Sia, une convention-cadre de coopération avec les ministères de l’Agriculture et de l’Éducation nationale autour de la promotion des formations et des métiers.

Cette convention fait partie des actions mises en place suite à la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel. Elle est conclue pour une durée de trois ans et sera renouvelée si l’Opco en fait la demande. En cas de non-renouvellement, les actions engagées seront cependant menées à leur terme.

Promouvoir stages et apprentissages

Les signataires s’engagent à participer au rapprochement entre les établissements de formation et les professionnels des filières concernées. Ainsi, Ocapiat va mettre en œuvre des actions pour faciliter l’accueil en stage ou en période de formation en milieu professionnel des élèves et étudiants en BTS et BTSA, et promouvoir leur apprentissage. De même, il sera facilité l’accueil en entreprise des élèves de 3e pour leur période obligatoire d’observation en milieu professionnel.

Élaborer des supports, organiser des visites d’entreprises

Il est prévu aussi de mieux participer à l’accompagnement au choix de l’orientation des jeunes, notamment dans le cadre du Parcours Avenir et de la journée de découverte du monde économique et professionnel.

L’ensemble des acteurs travailleront également ensemble à l’élaboration de supports, avec l’Onisep par exemple, à des sites web à visée de promotion des métiers, formations et de l’apprentissage, à la communication via les réseaux sociaux, à des visites d’entreprises…

Corriger les discriminations

En outre, les signataires s’engagent à corriger les éventuelles formes de discriminations dans les représentations sociales des métiers, qu’elles soient liées à l’égalité fille-garçon, à l’origine sociale des jeunes ou à des situations de handicap.

Ocapiat va aider également à la mobilité européenne et internationale des apprentis des entreprises de son périmètre par la prise en charge de coûts à la charge de l’apprenti (frais de restauration et d’hébergement, livres, documentation…).

Les coopératives se rapprochent des écoles

Ces dispositions concernent particulièrement les coopératives agricoles qui souhaitent tisser plus de liens avec l’enseignement. « C’est un de nos moments forts pour 2020. Nous comptons développer plusieurs projets à l’image du colloque organisé avec Agrocampus Ouest autour du conseil en octobre prochain », relate Corinne Lelong, directrice des affaires sociales de La Coopération agricole. La fédération des coopératives avait d’ailleurs signé une convention avec la DGER, lors du Sia 2019.

Hélène Laurandel
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !