Imprimer Envoyer par mail

Cartographier les territoires grâce aux stations météo

réservé aux abonnés

Cartographier les territoires grâce aux stations météo

Sencrop lance un outil de cartographie, à destination de la distribution, afin de visualiser sur des périodes données les évènements agroclimatiques. À la clé, la possibilité pour les TC d’apporter un conseil plus ciblé et plus fin.

Avec 14 000 capteurs et stations agrométéo en Europe de l’Ouest (les 3/4 en France), Sencrop, née en 2016, se dit le « plus grand réseau de stations agrométéo connectées en Europe ». En France, 150 groupements (la moitié de coops et négoces) administrent des réseaux Sencrop sur leur territoire. Mais il manquait une corde à l’arc de la start-up. Jusque-là, l’utilisateur...
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
« Avoir une vue d’ensemble et factualiser les échos »
Guillaume Boyet, directeur innovation et services chez Unéal,

« Ce printemps, Unéal a souscrit à l’outil cartographique de Sencrop que nous testions depuis cet hiver. Avant, notre service agronomique pouvait afficher l’historique de nos 200 stations météo, mais c’était station par station, et quand il voulait avoir une vue d’ensemble, ce n’était pas forcément évident. Ce que nous apporte cet outil, c’est la vision globale sur tout le territoire, et sur notre historique de quatre années. Désormais, nous sommes capables de produire des statistiques agronomiques sur des périodes spécifiques, par exemple calculer des sommes de degré jour, des nombres de jours de gel, des cumuls pluviométriques, etc., et de les comparer aux mêmes périodes des années précédentes. Aujourd’hui, nous nous en servons pour communiquer auprès des agriculteurs et des techniciens dans nos bulletins techniques hebdomadaires, rédigés par le service agronomique.

Cet outil permet aussi de factualiser les échos du terrain. Par exemple, à l’automne dernier, la façade littorale de notre territoire a connu de forts cumuls de pluviométrie qui ont contrarié les semis. On le sait, mais là, ça permet de le quantifier de manière assez précise. On peut aussi identifier les secteurs où il y a eu un coup de froid tardif. Ou encore, lorsque le service collecte pressent quelque chose, mettre des valeurs sur ce sentiment. »

Imprimer Envoyer par mail