Les agriculteurs restent attachés à leur TC pour leurs commandes d’intrants. En effet, plus de la moitié d’entre eux (55 %) continuent de profiter de sa visite pour passer commande, selon notre dernière enquête ADquation. Cette proportion, qui se renforce par rapport à 2019 (51 %), est encore plus élevée parmi les agriculteurs de l’Ouest (66 %) et ceux en polyculture-élevage (64 %). La prise de commande en magasin ou au dépôt est ensuite préférée par 23 % des agriculteurs (29 % chez les éleveurs, 28 % pour ceux en région Sud).

Développer une nouvelle proximité

En parallèle, la montée en puissance du digital en agriculture profite au déploiement de plateformes d’e-commerce, telles que aladin développée par InVivo ou encore Agrifeel chez Terres du Sud. Si les commandes sur internet ont été boostées cette année par l’effet Covid, elles ne sont réellement privilégiées que par 6 % des agriculteurs, soit une légère hausse par rapport à 2019 (4 %). L’apport technique du TC reste ainsi indispensable pour la prise de décision de l’agriculteur, comme nous l’explique Guillaume Pain, TC pour le groupe Oxyane où aladin est actuellement déployé (lire p. 61) : « Aladin ne se substituera pas au TC, l’interaction avec lui restera essentielle. » « C’est un outil qui permet de simplifier et d’accélérer la prise de décision, ainsi que l’exécution de la commande, ajoute Benjamin Pariot, responsable pôle marketing et omnicanal d’Oxyane. C’est un outil puissant pour développer une proximité de nouveau type. » D’ailleurs, toujours selon notre enquête, 38 % des agriculteurs souhaitent que les commandes d’appros en ligne mises en place lors de la crise sanitaire au printemps perdurent (lire dossier « Covid-19 : les premiers enseignements », AD n° 312). À suivre donc, même si l’offre en la matière reste limitée. « Les distributeurs ne sont pas prêts en fait, d’où la création d’aladin pour leur permettre de répondre aux attentes des agriculteurs », expliquait cet été Stéphane Marcel, DG digital d’InVivo et d’aladin. En définitive, le digital a vocation à prendre de plus en plus d’ampleur et devenir un canal de vente à part entière.