Nutrition animale Nutrilim, la preuve par 4 !

La marque Primance (aliments basse-cour en sacs de 10 à 25 kg) travaille avec tout le maillage territorial de la distribution agricole.
La marque Primance (aliments basse-cour en sacs de 10 à 25 kg) travaille avec tout le maillage territorial de la distribution agricole. ©Y. Boloh

Dans le Limousin, Nutrilim fait vivre ses quatre marques DFP Nutraliance, Aliments Simbélie, Moulin Beynel (bio) et Primance.

Grâce à ses trois usines corréziennes, le groupe Nutrilim livre 200 000 t par an dans le Limousin et les départements limitrophes, sous les marques DFP Nutraliance, Simbélie, Moulin Beynel et Primance. Ses sites de Saint-Ybard et de Ligneyrac travaillent en conventionnel. À Sadroc, Moulin Beynel est dédié au bio qui représente environ 10 % des tonnages grâce à l’usine construite en 2017 à la place de l’ancienne unité de Saint-Priest reprise en 2009.

Le territoire se caractérise par une forte densité de cahiers des charges AOP et label rouge notamment. « Nous appelons cela plutôt des cahiers de chances, explique en souriant Aurélien Simbelie, 36 ans, président du directoire (photo). Nous sommes centrés sur notre métier de la nutrition animale. Nous ne sommes impliqués dans aucune filière mais nous répondons à tous, en posant le fait que l’aliment n’est pas une charge mais bien un investissement pour l’éleveur. » Les techniciens assurent ainsi des analyses technico-économiques au moins une fois par an en porc comme en bovins, pour proposer des programmes alimentaires et non uniquement un aliment. L’équipe commerciale, qui compte 25 personnes, est montée en compétences grâce à des formations en économie avec des intervenants de CerFrance, les chambres d’agriculture et les firmes services.

Issu de la fusion finalisée en 2020 des Aliments Simbélie et de DFP Nutraliance (regroupement de Dumas, Férard et Purina en 1998), « Nutrilim porte tout le back-office mais ce sont bien nos marques qui communiquent ». Le dirigeant impliqué dans les démarches collectives Oqualim et Duralim résume : « Notre caractéristique, c’est de lier la souplesse des PME et la force du groupe qui optimise toutes ses fonctions dont l’organisation de formations. Nous assurons tout en interne, des approvisionnements aux contrôles dans notre laboratoire qui réalise 10 000 analyses par an, en passant par les livraisons. Notre flotte propre contribue à notre communication, le chauffeur étant le premier contact de l’éleveur avec la marque. Et nous sommes capables de réduire les retours à vide avec, l’an dernier, 20 000 t de matières premières approvisionnées par nos camions. » Par ailleurs signataire de la charte pour le soja non déforestant, le groupe privilégie le recours aux céréales locales à moins de 150 km de ses usines.

Investir régulièrement

Nutrilim produit principalement pour les ruminants (environ 60 %), les volailles (près d’un quart) et les porcs (15 %). Le choix des actionnaires (les familles Dumas et Simbélie et ADM via Wisium) est d’assurer un investissement régulier sur les sites d’environ 1 M€ par an. Saint-Ybard et Ligneyrac viennent ainsi de voir leur automatisation totalement refondue pour gagner en productivité mais aussi en économies d’énergies en évitant, par exemple, le travail à vide grâce aux variateurs de vitesse.

« Toutes les économies sont importantes. Sur un seul exercice, notre électricité nous coûte 1 M€ de plus, le gasoil, 350 000 € de plus, et le gaz a doublé. La formation des chauffeurs à l’écoconduite a permis de réduire la consommation jusqu’à 20 %. Les camions de Moulin Beynel roulent à l’Oléo100 », liste Aurélien Simbelie. Moulin Beynel vient aussi d’être doté de cinq nouvelles cellules, après que les sites de Saint-Ybard et de Ligneyrac ont gagné en stockage. « Augmenter les capacités de stockage est essentiel pour pouvoir valoriser de nouvelles matières premières comme le sorgho ou des coproduits de l’agroalimentaire, ainsi que pour sécuriser nos flux et assurer l’approvisionnement régulier selon les contraintes de nos clients », conclut le dirigeant.

Yanne Boloh

© Y. Boloh - Y. Boloh

Ce contenu est réservé aux abonnés d'agrodistribution
Je suis abonné
Je me connecte
Je ne suis pas abonné
Je découvre