En janvier, McDonald’s France a lancé son projet pilote « Agriculture régénérative et agroforesterie dans la filière blé », en embarquant Oxyane et Valfrance, et 30 de leurs producteurs de blé chacune. Le projet comporte un volet agroforesterie sur lequel l’enseigne a largement communiqué, mais qui n’est en fait qu’une option, et un volet couverts végétaux.

Pendant trois ans, McDonald’s financera le diagnostic initial de l’exploitation, les formations des agriculteurs (en présentiel) et des techniciens (en e-learning), l’implantation de couverts végétaux et la plantation de 20 000 arbres. La fondation Earthworm pilote le projet et, notamment, la réalisation des diagnostics, qui sont en cours sur la base de six indicateurs du référentiel Sols vivants. Agroof assure l’accompagnement technique personnalisé des projets agroforestiers. Enfin, Icosysteme coordonne les formations qui viennent d’être délivrées.

Un appui fort sur l’ACS

Pour sélectionner chacune 30 exploitations, Oxyane et Valfrance se sont appuyées avant tout sur des agriculteurs déjà convertis à l’ACS. Chez Oxyane, les 30 agriculteurs sont recensés ; une quinzaine s’est positionnée sur l’agroforesterie, avec des plantations échelonnées entre l’automne prochain et celui d’après. Chez Valfrance, 25 agriculteurs sont déjà sur les rangs, dont huit ayant choisi l’option de l’agroforesterie. « Ce sont soit des pionniers de l’ACS qui veulent être reconnus pour leur savoir-faire et aller chercher plus de performances en bénéficiant de ratios, soit des producteurs qui ont une certaine sensibilité et qui veulent tenter l’expérience », fait savoir Claire Zwilling, responsable du développement chez Valfrance (photo). La coopérative a dû aussi mettre en place de nouveaux contrats CRC, base du cahier des charges de McDonald’s.

Chez les soixante agriculteurs, cinq hectares de couverts « à haute valeur agronomique », multi-espèces (de 4 à 12), vont être implantés cet été. Les diagnostics initiaux d’exploitation sont en cours et seront restitués cet automne, accompagnés de propositions de leviers d’actions tels que l’allongement de la période de couverture du sol, l’amélioration du taux de matière organique, ou le raisonnement de la fertilisation, pour faire progresser les agriculteurs vers les niveaux 2 et 3 du référentiel.

Fers de lance de l’agroécologie

Ce projet est-il perçu par les coopératives comme un catalyseur pour enclencher la dynamique de l’agriculture régénératrice dans les exploitations ? Damien Ferrand, responsable du pôle Développement agricole chez Oxyane (photo), répond par l’affirmative. « Ce programme est une opportunité pour accompagner nos adhérents dans la transformation agroécologique, et vient clairement nous apporter un cadre précis sur la partie sol qui en est la porte d’entrée. Sachant que nous sommes dans le cadre du projet d’entreprise Oxyane 2025, en train de construire une démarche agroécologique plus complète, qui intègre bien sûr le sol et l’agriculture régénératrice, mais aussi la réduction des intrants, la gestion de l’irrigation, etc. Elle sera prête pour septembre et nous la rendrons lisible, concrète et mesurable afin d’entraîner les adhérents dans notre ambition de devenir le fer de lance de l’agroécologie. »

Être prêt pour les exigences de l’aval

Pour Valfrance aussi, ce programme est un « vrai accélérateur de la transition que nous voulons mettre en place et l’occasion de monter en compétences, assure Claire Zwilling. Il s’agit d’appréhender l’accélération de ce phénomène sur notre activité, de réfléchir à la manière d’aller chercher de la valeur sur des filières d’excellence et d’être prêts à réagir si on a des demandes de l’aval dans cette voie, si tant est qu’elles soient réalistes. » « L’enjeu, rebondit Damien Ferrand, est d’être davantage force de proposition envers les industriels, avec notre propre vision, nos indicateurs et notre propre cahier des charges de l’agroécologie. »

Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
Chacun des 60 agriculteurs sélectionnés va implanter 5 ha de couverts multi-espèces., D. FERRAND © D. FERRAND