Imprimer Envoyer par mail

Dossier Les investissements se poursuivent

réservé aux abonnés

Si la région souffre de la crise du Covid-19, notamment en productions animales, les projets se poursuivent, et la distribution continue d’investir pour l’avenir.

Berceau de productions agricoles variées, notamment animales, les Pays de la Loire n’auront pas été épargnés par la crise sanitaire. « La filière volaille, par exemple, était déjà très fragilisée, témoigne Yoann Mery, directeur de La Coopération agricole Ouest. La situation n’est pas nouvelle, mais le Covid n’a pas aidé. » En parallèle, la collecte 2020...
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
Acti, c’est fini
Jérémie Lusseau, © Jérémie Lusseau

Le négoce Acti (42 M€ de CA 2018, 64 salariés), basé à Clisson, en Loire-Atlantique, a fermé ses portes le 30 juin 2020. Il était présent sur la Loire-Atlantique, le sud de l’Ille-et-Vilaine, l’ouest du Maine-et-Loire et le nord de la Vendée et des Deux-Sèvres. Issu d’une série de fusions de négoces, son capital appartenait à Terrena depuis fin 2013. Des difficultés financières ont entraîné la cessation d’activités du négoce. Les branches vigne et nutrition animale sont reprises par Bellanné, basé à Thouars (Deux-Sèvres). En revanche, l’appro-collecte prend fin. Les magasins ferment, à l’exception des sites de Clisson et de La Remaudière (Loire-Atlantique). À Clisson, 1,6 M€ avaient été investis en 2018 pour construire une nouvelle unité de production de mash. Ces aliments viendront compléter la gamme Bellanné. Acti était membre du réseau Synoa, avec 5 autres négoces filiales de Terrena (Bellanné, Néolis, Granéo, Anjou Maine céréales et Dutertre). L’ancien directeur d’Acti, Bruno Martin (photo), partageait déjà son temps avec Néolis, dont il est DG, et Bellanné, où il dirige le pôle végétal. Il se consacre désormais à ces deux fonctions. Le PSE (plan de sauvegarde de l’emploi) a été annoncé en mars dernier. « Il y a eu beaucoup de reclassements et très peu de licenciements », assure Bruno Martin.

Imprimer Envoyer par mail