« Imaginez une nouvelle relation entre les agriculteurs et vous. » Les premiers mots de la vidéo de présentation donnent d’entrée le ton de la plateforme digitale Asap’one, proposée en début d’année aux coopératives et négoces clients de la société Asape, spécialisée dans les logiciels de la gestion de la relation client. Une plateforme destinée à leurs agriculteurs et pouvant être ouverte également aux utilisateurs internes.

Aujourd’hui, sa communication est amplifiée pour faire découvrir à l’ensemble de la distribution agricole les fonctionnalités d’un outil qui peuvent être intégrées dans tout extranet existant ou permettre d’en créer un pour toute coopérative ou tout négoce qui en est dépourvu.

Une information accessible à tous en même temps

« Nos clients sont très demandeurs d’une relation agriculteur sans couture, c’est-à-dire une relation qui permet d’éviter une gestion de l’information en silo en interne et avec les agriculteurs, explique Anne-Sophie Sanchez, responsable commerciale et marketing chez Asape. Avec notre nouvelle plateforme digitale, nous voulons répondre à cette attente en rendant l’information accessible à tous en même temps, tout en sachant d’où elle provient. Notre nouveau positionnement est désormais d’ouvrir sur le web l’ensemble des services que nous proposons ». Le « one » du nom de la plateforme donne la mesure d’une information unique qui circule.

C’est ainsi que la vingtaine de modules de l’offre d’Asape peut se retrouver sur cette plateforme digitale, éventuellement à la marque de la coopérative ou du négoce si tel est son souhait. Certaines fonctionnalités étaient cependant déjà en ligne et ouvertes aux agriculteurs, comme la contractualisation céréales en ligne et l’e-commerce.

Prise de RDV en ligne par l’agriculteur

Ainsi, l’ensemble des outils proposés par Asape peuvent être rendus accessibles à tous. Pour exemple, l’une des innovations de cette plateforme tient dans le fait que la gestion de la relation client peut être ouverte aux agriculteurs en leur permettant dorénavant de prendre rendez-vous eux-mêmes en ligne avec un des interlocuteurs de la liste qui leur est proposée. Ou encore, en leur offrant la possibilité de déposer une réclamation dont le suivi pourra être accessible à leurs interlocuteurs. « L’agriculteur devient ainsi encore plus acteur de sa relation avec son distributeur », commente Anne-Sophie Sanchez.

Multiplier les points d’entrée avec l’exploitation

De son côté, le TC peut recevoir un SMS d’alerte d’un panier non validé sur le module e-commerce, peut procéder à des e-mailing ciblés ou encore demander aux agriculteurs arrivant à échéance de leur Certiphyto de fournir en ligne la nouvelle attestation.

« La coopérative ou le négoce peut également proposer des formations, réaliser des sondages, des enquêtes de satisfaction, ajoute Anne-Sophie Sanchez. L’idée est de multiplier les points d’entrée avec l’agriculteur pour assurer une bonne circularité de l’information, quels que soient le support et l’interlocuteur. » Et d’éviter la perte de toute information, et donc toute déception de l’agriculteur adhérent ou client.

Hélène Laurandel
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !