Rize, jeune société experte du financement carbone en agriculture, vient de lancer le premier projet de réduction des GES et de stockage du carbone dans le sol dans le cadre de la méthode grandes cultures validée le 26 août dernier.

Une centaine d’agriculteurs déjà engagés

Ce projet réunit une centaine d’agriculteurs engagés dans la réduction de leurs émissions de GES et le stockage du carbone dans le sol. Des acteurs du terrain sont également mobilisés pour accompagner ces agriculteurs dans leur changement de pratiques : deux coopératives, dont Agora, les négoces Agri-alternative et Agro-distribution Services, la chambre d’agriculture de la Marne, l’association Terre & Cité et le conseiller indépendant GreenSol.

« Il y a un objectif à l’échelle nationale d’atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050. Nos agriculteurs sont des acteurs essentiels pour parvenir à cet objectif. Agora s’investit dans cette démarche pour des raisons agronomiques, agroécologiques et économiques pour nos adhérents. Notre partenaire Rize apporte son expertise pour mettre en œuvre ce projet », détaille Emmanuel Letesse, responsable du pôle agroécologie chez Agora.

Un service intégré pour la rémunération carbone

En tant que porteur de projet, la société Rize représentera le collectif. Elle apportera également un service intégré permettant le suivi des émissions de GES et la séquestration du carbone tout au long du projet, la certification ainsi que la collecte des financements grâce à la vente de crédits carbone à des acteurs privés ou publics.

« Nous sommes fiers qu’une centaine d’agriculteurs pionniers s’engagent dans le label bas carbone avec Rize et ses partenaires. C’est une démonstration forte des agriculteurs d’une volonté de valoriser leurs efforts et d’être reconnus dans leur engagement. Le label bas carbone ouvre ainsi la voie d’une finance positive qui encourage les exploitations agricoles à développer les bonnes pratiques. Il s’agit d’une démarche volontaire qui permet aux exploitants de mettre en place de nouvelles pratiques vertueuses », affirme Étienne Variot, cofondateur et président de Rize.

Lucie Petit
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !