Le programme Vert l’avenir, déployé par le négoce agricole pour valoriser les pratiques agricoles, a posé ses valises le 30 juin dans une exploitation agricole du Finistère suivie par le négoce La Source Bretagne. Plusieurs médias, dont la presse régionale, y étaient conviés afin de relayer les initiatives engagées en matière, notamment, de réduction de l’usage des produits phytos. Cette ferme a pour particularité de participer au réseau d’expérimentation Étamines mis en place par le réseau économique Actura, dont est membre le négoce breton.

Essais produits et essais systèmes

Et elle a surtout pour particularité d’enregistrer, sur les hectares concernés, une baisse des IFT de 25 % sur trois ans grâce à une combinaison de différents facteurs comme l’explique Emmanuel Lecompte, responsable technique du négoce La Source Bretagne : « Dans le cadre des fermes Étamines, nous suivons l’itinéraire ITK 2025 élaboré il y a cinq ans au démarrage de ce réseau expérimental. Nous travaillons des essais produits et des essais systèmes en jouant sur différents leviers techniques et agronomiques. »

Sont étudiés les choix variétaux, la combinaison désherbage chimique et désherbage mécanique, l’utilisation d’OAD pour décider les traitements, l’usage de produits de biocontrôle, l’implantation de couverts végétaux travaillés selon les effets recherchés… Près de 8 ha de l’exploitation de Damien Le Nan sont ainsi dédiés à ces travaux en microparcelles, pour les tests de variétés ou de produits, et en parcelles grandeur nature permettant de tester différents systèmes introduisant des pratiques agronomiques et divers équipements.

Un déploiement auprès des clients agriculteurs

L’objectif est de déployer la combinaison de ces techniques chez d’autres producteurs. Toutefois, Emmanuel Lecompte tient à souligner un bémol, « l’augmentation des charges opérationnelles du fait d’un nombre de passages supplémentaires avec les solutions alternatives et aussi celle du temps de travail. » Si la marge a pu être maintenue avec des rendements à l’identique, le temps de travail a en effet augmenté de 2 à 5 % selon les cultures. « Cependant, ce temps de travail peut varier d’une exploitation à une autre. »

Cela n’empêche pas le négoce de relayer les résultats auprès des autres clients agriculteurs et de faire mettre en application certaines pratiques éprouvées dans l’idée de trouver le bon tempo « pour arriver à vulgariser en associant l’ensemble des éléments ».

Projet de formation pour les TC

Par ailleurs, la trentaine de technico-commerciaux du négoce peut bénéficier de points réguliers sur les avancées de la ferme Étamines. Ils suivent aussi des formations appropriées, telle la dernière en date sur l’agriculture de conservation dispensée pendant un an par Frédéric Thomas. « Nous souhaitons leur apporter une ouverture et des connaissances dans le cadre de leurs échanges avec les agriculteurs. »

Un prochain projet de formation devrait amener les TC à étudier la vie microbienne du sol sous une forme la plus accessible possible. Une réflexion est conduite à ce sujet au niveau du réseau Étamines en concertation avec des partenaires techniques.

Hélène Laurandel
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !