Dans la convention signée en avril dernier dans le cadre du dispositif gouvernemental 1 jeune, 1 solution, La Coopération agricole avait manifesté son intérêt pour développer du mentorat. C’est aujourd’hui chose faite avec la signature d’une convention de partenariat, mercredi 20 octobre, avec le Collectif Mentorat et, plus particulièrement, avec quatre de ses 35 associations, Article 1, Chemins d’avenirs, Entraide scolaire amicale et Proxité.

Ces initiatives s’inscrivent dans le cadre de l’agenda gouvernemental en faveur de l’égalité des chances et ont pour objectif de donner aux jeunes toutes les ressources nécessaires pour préparer leur avenir.

S’inscrire sur la plateforme 1 jeune, 1 mentor

Pour cela, La Coopération agricole s’engage sur trois volets : communiquer auprès des coops sur le contenu de la convention et sur son engagement dans le développement du mentorat, promouvoir la plateforme « 1 jeune, 1 mentor » pour inciter les personnes à s’engager depuis cette plateforme et relayer toute information du Collectif Mentorat ou des quatre associations partenaires de la convention.

LCA s’engage également à associer l’opco Ocapiat afin de mobiliser des fonds pour les projets d’actions permettant de développer le mentorat dans les coopératives agricoles.

Aider aux devoirs, à l’orientation ou à trouver un stage

« L’idée est d’inciter les professionnels, collaborateurs des coopératives et agriculteurs à apporter du soutien scolaire, de l’aide à l’orientation professionnelle, à utiliser leur réseau pour trouver un stage, un contrat pro ou d’alternance », explique Corinne Lelong, directrice des affaires sociales de LCA, qui a établi les premiers contacts avec le Collectif Mentorat. Et ainsi que le précise Dominique Chargé, « cet engagement peut être l’occasion, pour les jeunes, de découvrir la diversité des métiers et les opportunités professionnelles qu’offre le secteur alimentaire ».

Valfrance, coopérative référente

Ce projet ne peut pas laisser insensible vu son objectif. « Il me tient particulièrement à cœur. Nous allons réaliser des webinaires pour bien expliquer la démarche », confie Corinne Lelong, qui compte s’inscrire sur la plateforme 1 jeune, 1 mentor, tout comme va le faire Laurent Vittoz, DG de Valfrance, présent lors de la signature de la convention avec son président Christophe Grison. Leur coopérative avait répondu présent pour devenir référente dans cette initiative.

« Cinq de nos collaborateurs ont déjà manifesté leur intérêt à s’engager pour aider des jeunes, commente Laurent Vittoz. Je les ai autorisés à prendre une à deux heures par semaine sur leur temps de travail pour assurer ce suivi. » Le DG de Valfrance voit cette démarche comme « un enrichissement pour nous tous. Elle va nous permettre de mieux comprendre les attentes des jeunes aujourd’hui et pourquoi ils ne sont pas forcément attirés par nos activités. »

4 associations, 4 types de mentorat

Cependant, rien n’est laissé au hasard comme le fait comprendre Nicolas Viennot, directeur du Collectif Mentorat : « Les associations identifient les jeunes qui ont de vrais besoins de soutien dans leur scolarité ou pour leur orientation, et s’assurent de la qualité de l’accompagnement. »

Les candidats des coopératives au mentorat seront orientés à partir de la plateforme « 1 jeune, 1 mentor » vers une des quatre associations de la convention, chacune ayant ses spécificités. Article 1 expérimente le mentorat vers les jeunes de BTS agricole, Chemin d’avenirs s’adresse aux jeunes ruraux, ESA est tournée vers les élèves du CP à la terminale et Proxité vers les quartiers prioritaires des villes.

Un objectif national de 200 000 mentors

Par cet engagement, LCA souhaite participer à l’objectif du gouvernement d’atteindre les 100 000 mentors à la fin de l’année et les 200 000 fin 2022, contre 30 000 à ce jour. Pour Christophe Paris, président du Collectif Mentorat, « c’est la première fois que le Collectif Mentorat, créé en 2019, signe un partenariat de cette envergure ».

Hélène Laurandel